La voix du peuple?

Depuis un peu plus d’un mois, deux termes reviennent très souvent dans les slogans, dans les commentaires, dans les reproches, dans les analyses… La voix et le peuple. Mis côte à côte, ils suggèrent l’adhésion, assurent la légitimité et marquent la représentativité.
Ainsi, c’est la voix du peuple qui s’exprimerait lors des manifestations du 20 Février ou du 20 Mars, c’est le peuple qui demande des changements, qui se révolte contre le système établi, qui se montre dans la rue et s’exprime. J’ai entendu, et moi-même crié, en Arabe, « Le peuple veut faire tomber le système », et je l’ai crié et écrit non pas car on me le dicte, mais car je le souhaite, et espère des changements que j’estime nécessaires. A l’inverse, les gens qui sont contre le mouvement, répondent de la façon suivante « vous êtes une minorité, comment osez-vous parler au nom du peuple? Le peuple ne veut pas de vous, et moi personnellement, je ne vous ai pas donné le droit de parler en mon nom ».

De la phrase suivante, la seule chose qui est assurément vraie, en est la fin « moi personnellement, je ne vous ai pas donné le droit de parler en mon nom ». En effet, à chacun sa croyance politique et son avis sur la question, et personne d’autre si ce n’est la personne elle-même (ainsi que Dieu, mais ça, c’est une autre histoire…) ne peut présumer de l’intime conviction qui nous anime par rapport à un sujet, en l’occurrence ici le mouvement du 20 Février. Prenons le reste de cette phrase, morceau par morceau :

« Vous êtes une minorité » :  Ceux qui sont sortis dans les rues de Casablanca, Rabat, Figuig, Bruxelles ou Montréal, quelques dizaines ou centaines de milliers selon des estimations à la moyenne incertaine et à l’écart-type monstrueux, sont assurément une minorité de la population, qui représente (on le ressasse sans arrêt ces temps-ci) 30 et quelques Millions d’âmes, quoi qu’on ne puisse exactement statuer sur les quelques qui suivent les 30. Peut-on néanmoins quantifier un mouvement au nombre de ceux qui sortent effectivement pour le soutenir? J’ose espérer que non. Les Egyptiens et les tunisiens qui manifestaient dans la rue ne représentaient pas le peuple dans le sens de la majorité, mais uniquement dans le sens de l’aspiration (et encore, elle ne fait pas l’unanimité!), et ils sont bien plus nombreux à avoir soutenu « de loin » les insurrections contre Ben Ali et Moubarak qu’à avoir effectivement mis la main à la pâte. Le principe de précaution qui prévaut face à la minorité au Maroc aurait-il dû nous suggérer de ne pas prendre fait et cause pour les « anti-régime » de nos pays voisins?

« Comment osez-vous parler au nom du peuple? » : Bizarrement, il s’agit de la première fois où il est reproché à des Marocains, donc des membres du peuple, de parler au nom du peuple. Il s’agit même de la première fois que nous découvrons un peuple ayant une voix. Belle découverte quand même. Je ne m’attarde pas sur l’incongruité qu’est l’empressement de certains à dire que les Feb20 ne représentent pas le peuple quand aucune statistique effective n’existe, alors qu’eux n’ont aucune légitimité (ou tout du moins pas une légitimité plus grande!) à parler au nom de ce peuple en question. Je reviens juste sur la « découverte ». Depuis quand le peuple a-t-il effectivement une voix? Le peuple se sent-il représenté par ses élus, sensés dans une démocratie jouer le rôle de porte-voix? En 2007, les élections avaient servi à doter le Maroc d’un Premier Ministre qui s’était empressé de déclarer que son programme résidait dans le programme royal. La belle affaire! Que faisait-il de la voix de la frange du peuple (majoritaire dans la minorité, mais représentative dans l’exercice de la démocratie) qui avait voté pour son parti, et celle du reste des Marocains? Qui peut nous affirmer de façon irréfutable que la voix du peuple est effectivement la voix royale, quand celle-ci, dixit Khalid Naciri, ne peut être mise en équation? D’ailleurs, pourquoi aurions-nous besoin de la voix du peuple, et donc du suffrage électoral, si cette voix est en totale concordance avec le palais, et que celui-ci agit donc de la meilleure façon qui soit, à savoir en abondant dans le sens de la majorité, voire l’intégralité des Marocains? Nous économiserions de l’argent que nous aurions le loisir d’injecter dans le budget de Mawazine dans ce cas-ci en annulant les élections à venir, si tel est l’avis d’un peuple dont nous ne pouvons au Maroc donner l’avis… Dans un sens, j’oserai dire, plus de façon humoristique qu’autre chose, que la voix du peuple était endormie, que personne n’en avait voulu, qu’elle était libre de droit, et que le mouvement du 20 Février s’est chargé de la faire revivre…

« Le peuple ne veut pas de vous » : Même chose que dans le paragraphe précédent, il est inadéquat de donner de telles assertions tout à fait invérifiables tout simplement car on y croit dur comme fer, à moins bien entendu de disposer de pouvoirs de divination quasi-prophétiques, ou de le prouver par A+B, à la manière d’un Moncef Belkhayat autoproclamé voix officielle de la jeunesse marocaine dans un pays à la pyramide des âges très étirée au niveau de la base, ce qui ne nous arrange pas trop en ce cas précis eu égard aux récentes sorties médiatiques du monsieur et à l’importance numérique de la partie du peuple que notre vendeur de tabac en costard-bedaine préféré souhaite représenter.

S’il y a une réussite indéniable que nous pouvons accorder au mouvement du 20 Février, c’est bien celui d’avoir secoué une voix du peuple particulièrement sclérosée et dont personne ne voulait, que chacun se refusait à prendre. Elle n’avait pas de propriétaire, ni même de prétendant, il l’a évoquée dans ses slogans et a fait découvrir son existence à ceux qui nous gouvernent et ne connaissent que leur propre voix. Elle n’a pas fini d’être invoquée d’ailleurs dans les manifestations des Feb20 à venir. Le 10 Avril devrait avoir lieu une manifestation « d’amour » au Roi Mohamed VI. J’avoue être plus ou moins circonspect par rapport à elle et n’aime pas vraiment le fait qu’elle vient en réponse au mouvement du 20 Février, suggérant que les manifestants ou les sympathisants, sont contre le Roi ou la monarchie, mais je préfère largement, tant que la liberté de parole ne mue pas en attaques en règle (vous savez, le Polisario et autres accusations, ce n’est pas très ancien), que les marocains sortent et s’expriment eux-même, quel que soit le message qu’ils expriment, plutôt que d’être condamnés au mutisme, chose qui n’a que trop duré.

PS : Cet article m’a été suggéré par un commentaire sur mon Wall FB. Que son auteur, MG, en soit remercié 🙂

Publicités
Cet article a été publié dans Feb20. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour La voix du peuple?

  1. Imane Jafoute dit :

    En tout cas ce que j’ai remarqué , c’est qu’après le discours royal du 9 mars , les anti 20 février sont devenus pratiquement sans voix, faut dire qu’ils ne s’y attendaient pas, et c’est tant mieux ils parlaient pour ne rien dire 😉

  2. M.M dit :

    Vu le début de l’article, je m’attendais à un petit commentaire sur le passage entre voix du peuple, à voix du peuple portée ou exploitée par des partis politiques.

    Merci pour cette analyse pertinente,
    Entre les différents 20 février, 13 mars et 20 mars…puis 10 avril, doit-on positiver en parlant d’une prise de conscience, ou y voir un manque d’unité, un débat interne de légitimité…
    Le peuple nie-t-il une réalité misérable et ne veut pas en parler, ou est-ce que la voix du peuple n’a pas encore trouvé un discours suffisamment concret, fort et dans lequel une unité se reconnaîtrait…

    On verra ce que le 10 avril portera, porté par un discours affectif, qui joue d’un symbole sacré, où le peuple se reconnaît…ce n’est pas un jeu dans lequel on doit rassembler le plus de personnes à l’extérieur…

    • Hamsek dit :

      C’est vrai pour la voix des partis. J’ai rapidement effleuré la question en parlant d’élus sensés être porte-voix du peuple.
      Pour le 10 Avril, wait & see…
      Ceci dit, je parie que certains, sont dans ce « jeu » visant à rassembler plus de personnes que le 20 Février. Grand bien leur fasse si tel est le cas.

  3. Amal dit :

    Même en supposant que la voix du peuple est en accord avec celle du palais, la chaîne est assez logue pour qu’elle soit appliquée telle qu’elle a été prononcée. Les pertes et les fuites commencent à la porte du palais jusqu’à ne rien avoir à la porte du peuple. Tout cela entre dans ma supposition, la réalité en est bien loin ;).

    • Hamsek dit :

      La réalité est insondable à ce sujet. Ce qui est sûr c’est qu’elle a bien plus de chances d’être proche de la voix du palais que de celle du peuple…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s